21 août, 2019

le bain de jouvence

C'est mon premier bain de l'année. Enfin à Port blanc.C'est une journée ensoleillée et le vent est tombé. La mer remonte doucement.
Cela m'apparaît comme un événement suffisamment important pour que je remette une cartouche dans ce blog.

07 juillet, 2019

La Fontaine Mémorielle


wesh.
samedi six sept .
seize deux points zéro zéro. 
30° Celsius.
Me voilà arrivé au Parc Ballanger.
je vous dit pas pourquoi.
ici Neuf trois six zéro zéro, tout le monde sait pourquoi je suis monté la haut.
Pour le coup et pour répondre aux interrogations d'Amy ,


j’ai pu remarquer que la seule piste cyclable qui tenait le pavé,
c’est le cas de le dire, est celle qui fait le tour du rond point de l’Europe.
Certainement un aménagement pour la future gare de la ligne de métro.
On anticipe.
Mais le spad, depuis Nonneville, même si il te permet de gagner trente minutes sur tous ces avachis
dans leurs daubes diesels,(je dis ça mais j’ai un putain de SUV)  te fait arriver la, la gorge un peu sèche.
Je me vois mal réclamer auprès des gens d’ABC si présent dans ce parc depuis quelques semaines
un Daïquiri frappé pour me remettre de mes efforts.
Bien que redoutable pirate, j’ai gardé un côté un peu timide dès qu’il s’agit de quemandé au lieu
de braquer.
Bon bref j’ai soif. je leur demande un verre d’eau.

  • no souci , il y a des verres là et puis la fontaine est la , me disent-ils en m’indiquant
    un peu à gauche la fameuse fontaine.

Hop je m'enfile deux verres de suite.
Mince, elle est dans le périmètre sauvegardé par leurs actions.
je l’avais jamais VUE !
certes à l'époque j’avais moins soif. 
Mais à dix sept piges, soit il y en a presque cinquante, je suis venu ici avec Marie-Annick, cannelle,
patchouli et une coupe Afro à faire frémir les Jackson five.
On a traînés vers les sapins juste avant la butte vers Parinor.
On disait pas encore O’Parinord.
Mince... j’avais presque zappé cet épisode merveilleux des seventies.
Cette fontaine du parc aurait elle des effets sur la tête de linottes des vioques ?
En tous cas un chose est sûre, je suis heureux de cet embryon de victoire sur la  sauvegarde du parc.
On la doit, incredible, à ces inertes de Capade.
Grands biens leur fasse. je suis si content pour tout ces gens que j’ai vu samedi à l’ombre
des arbres cinquantenaire. 
Dans leur bonheurs du vikende. 


Avec tout ces pitchouns qui criaient partout.
Tellement Tan-Kon que ce matin au Ché-Mar j’ai failli tapé la bise à notre premier édile
quand il m’a salué fort courtoisement.
Mais j’ai renoncé. 
les baisers de pirates sont souvent mal interprétés.
bonne semaine et  profitez de cet été au parc d’Aulnay sous

 #Baurdayl




30 juin, 2019

Mionkas suite...


Impossible de remettre la main sur mon hamac.
Vu comment je ronfle, je vous explique pas le bordel que ça fout a bord. Déjà j'ai dû réquisitionner
une carré, Et me pécho un sac pour dormir.
Pis je dois attendre que l'équipage soit plumé avant de monter dans ma dunette.
Le problème, voyez vous, c'est que les djeuns se couchent à point d'heures.
Alors que les rabougris comme bibi, à peine jean pierre Pernaut passé, il piquent du nez.
Ventre gris !
Ce hamac devient un vrai toc. Impossible de savoir où je l'ai rembarré à l'automne.
Je m'assieds donc dehors sous la vigne pour profiter de la fraîcheur du soir.
C'est étonnant comme un tonnelle de vigne protège de la chaleur.
Il y a là quelque chose de surnaturel.
Ayé je vais encore me mettre les croyants et les adorateurs de l'homéopathie, sur le dos.
Mais je m'en BLC j'habite dans le triangle d'or, pont hyblon, Aulnay sous ,Tremblay les gonzesses,
tsss personne ne s'y risquera.
Quoique.
Les croyants, ces adorateurs de la République Laïque, s'y installent.
Samedi soir.
les voisins de derrière se prennent la tête plus gentiment que d’habitude.
je repense à ma photo d’hier, avec les MionKa
tout le monde rigole ici quand on voit dans quelle gadoue ils pataugent en pleine canicule.
il y a même chez les vieux des rumeurs de bassin de rétention. 
les rumeurs ça se diffuse plus vite que l’oxygène, non ? personne n'appelle ? y a un numéro.
#baurdayl
Décidément les ragots en ce moment y en a que pour les bassins. 
Avec celle nauséabonde sur les plages horaires de la piscine.
une qui pue le facho de base. c'est leur fond de commerce a ces tarba, la rumeur.
Mais y a aussi ces tracts photocopies, comme les ronéos de l'UDR dans les sixteen.
Deux balles sur les soupçons de fraude à l’OPHLM dans les immeubles surement ceux
des célibataires jeunes et vieux qui ont la chance d'obtenir une place à la résidence croix blanche ?
Mais c’est samedi soir.
brake.
on va rester la à respirer l’été. l'air est lourd il est pourtant bientôt une heure.
mais on entend l'autoroute, le temps va tourner, vous verrez
la canicule va s'estomper dès demain
allez zik
et forcément avec ce summer flamboyant


29 juin, 2019

Canicule


le bateau est au calme.
Un silence assourdissant.
le mousse est barrée au Sausset profiter de la fraîcheur du soir et montrer à son riché les bernaches
si elles n’ont pas déjà migrées ou, au pire, mes potes les cormorans.
l’artiste de premier lieutenant s’est repliée dans ses appartements, pour une douche après le RERB.
Pis soigner son doudou qu’a pécho un tonbou sur le front à lanterner sur Heavy fire red.
le bosco est barrée avec sa sœur, à un riajma de gamins de collègues.
boter en touche ? yep. j’ai passé ce level.
Avec cette canicule je me tiens à carreaux.
je m’hydrate gentiment avec l’Asahi que j’ai touché pour la fête des reups.
Du coup j’ai coupé la télé. je vais demander un avoir sur ma redevance.
j’attends avec impatience le retour de la fraîcheur, pour percevoir mon torchon.
le plus vieux des kiens ronfle si fort que j’ai du mettre le casque.
Et ouvrir la fenêtre, smiley...
Du coup je trie mes photos du mois.
je vous en met une au deux.





Au loin j’entend le "place au son" de la place Edouard Sept.
Allez faut que je déhotte si je veux arquer des cinq plombes demain.
j’ai une liste de todo a faire pâlir une jeune mariée. ha ha.
bises
gardez vous des cons. Allez soyons pays 93600.

boum boum

25 juin, 2019

35 le 25


ça fait trop longtemps.
Cette semaine, je suis tombé sur ce tweet



Un blog, j'avais oublié.
A vrai dire la dernière fois que j’ai commenté sur un blog, vers les aurores, par la,
sur le bloc-note d’un collègue blogueur réactionnaire de haut vol, je me suis ramassé un

  • Mais en quelle langue parlez-vous donc ? Vous cajolez déjà ou bien ?
C’est certainement cela je cajole déjà. bon ce soir la, c’était plus sûrement le gevrey chambertin que je cageolais.
Smiley.
Mais c’est pas faux , en fait du plus loin que je me souviens j’ai cajolé.
Et que pas que des mots, croyez moi,  jusqu'à ce que la lénifiante sagesse me cloître sur ma chaise à
regarder dézinguer les arbres du périmètre , avec une certaine lassitude, je vous le concède..
Enfin tout ça ne pousse pas à laisser glisser dans les grand carreaux, le Waterman et son encre bleu pacifique.. 
Yep, j’écris toujours D’ABORD avec un stylo plume, je suis de la génération des encriers sur le pupitre et des plumes sergent-major.
Un tic de vioque.
J'écrirai bien plus, mais plus tard, quand on m’accordera une retraite, que j’aurai déjà pu prendre
depuis longtemps, si on ne me faisait pas lanterner, que ma plume est unique pour l’entreprise.
Ces boss toujours à la ramasse sauf pour les ritournelles.
Bon.
En attendant qu’est ce qui m’amène en ce soir de canicule ?
Ben les braises de la saint jean sont à peine éteintes. on rentre dans le plein été, et par la grande porte .
Donc c’est l’époque de la radio des blogueurs. le morceau qu’on glisse dans le Jukebox pour l’été.
Voila le mien.
Une musique de nuit tombée.
Par Trente cinq degré un vingt cinq Juin. 
je sais pas si lolobobo a déjà démarré,ni même si il a la pêche pour cette année.
Anyway
Hop in the box

08 mai, 2019

Huit Mai


8 mai
une éternité que j’ai pas griffonné dans ce blog. j’étais parti sur une note sur le fameux plan de circulation
du coin. j’avais tapé un commentaire pour monaulnay,
je tape toujours mes commentaires sur éditeur externe, genre turtl.
Une tortue pour un pirate, quoi de plus naturel.
Bref mon laïus sur cette REUSSITE prenant de l’ampleur, dans les milles signes, je décidais de réanimer
ce blog pour causer de ct’affaire
Je suis donc monté dans mon antre, ma dunette, me poser sur mon bureau abandonné.
(vi ! j'ai repris le RERB, adieu home office... mais je m'égare. #KomeDab)
j'ai démarré un trente trois de Manset
ET la
je suis tombé sur cette photo.

8 mai.
je l’ai récupérée dans la même rue ou j’ai pris ma tof tête de gondole pour ma note sur ce fameux plan de circulation.
le pavillon était vendu, et comme souvent dans ce cas, les gens avait tout sorti dehors pour les encombrants.
Ce jour la, j’ai récupéré, mes roldats, un moteur hors bord Mac Culloch de quatre chevaux et tout un tas de photos et de papiers.


une vie.

il y avait autour de cette photo, d’autres de la même scène , avec un cercueil et  le drapeau.
Bizarrement dans mon capharnaüm, juste celle la a surnagée? un
8 mai.

Du coup ma litote sur les woitures d’Aulnay sous est tombée à l’eau.
les loulous attendront un autre jour.
je me suis dit le FFI aux gros objets, il a bien mérité de passer sur le ternet.
peut être que quelqu’un va dérouler l’histoire en commentaire.

on sait jamais.
@+

30 mars, 2019

Bon je vous ai pas tout dit


Bon je vous ai pas dit.
je suis passé à la présentation de #ValFrancilia.
Pour les novices , ou les nouveaux à bord, ce slogan val francilia, c’est ce qui va remplacer les  trois mille emplois de Citroén
#Aulnay.
cette PUTAIN de friche industrielle
Bon ne nous leurrons pas, ils ne reviendront pas, les emplois.
mais c’est joli Val Francilia , ça rappelle Val d’Europe, ses Mickeys et ses rues aussi vides que des décors de cinéma.
Alors ?
Ben c’était mignon.
Au début j’ai cru que j’étais tombé à une assemblée du conseil municipal des anciens. Y avait une bande de grisons,
impressionnant.
Mais j’ai retrouvé mes marques. deux trois écolos, les sages d’Aulnay Environnement et quelques élus d’oppositions.
Bon la présentation a commencée. bien ficelée. le monde de demain, des parcs sans clôtures ou les gens marchent...
pour aller à la gare de la nouvelle ligne 16 par un couloir piétonnier via le boulevard André Citroën
Deux kilomètres.
smiley.
Ou par la nouvelle route qui va tronçonner le parc Ballanger, comme ces nazes on torpillés les tilleuls de la regrettée place Abrioux .
Bon il n’y aura que Deux mille Cinq Cent logements. Le maire y tient.
il va en imposer au préfet, le SDRIF en réclame 5000, notre édile ne cédera pas.
smiley
Maintenant vous pouvez vous inscrire aux ateliers.

  • sport  / loisirs ?
  • Attractivité / Vie de Quartier ?
  • ou le thème MAJEUR Emploi /Campus
je suis resté sur ma faim. j’aurai préféré

  • Que va apporter cette nouvelle téci aux Aulnaysiens ?
  • Pourquoi refondre le Parc Ballanger, quid des gens de la rose des Vents ?
  • Ok l’emploi, quel entreprise de prestige va s’installer sous un cône de bruit Aérien ?
  • Et ces cinq milles nouveaux péquins question circulation ?


Sans DEC les z'élus arrêtez de suite la beuh Aulnaysienne.
Et remballer vos présentateurs charmants , mais détenant un peu trop la vérité.
Vous allez nous refaire une modification du pont de la croix blanche, mais pas à 500.000 cette fois.
Cette copie est une daube à revoir, pour le moins.
Sinon c’était une charmante soirée.
L’espace machin Citroën est très typé seventies.
Comme le projet.
Smiley.





01 mars, 2019

Le dernier sort


j’en ai déjà causé ici, non ?
j’adorai cette fougère. Quoique, comme dit ma maman ‘on adore que Dieu et … les pommes de terre frites
Bref. Je la surveillais tous les jours étant mino. la bas, dans les années soixante. En sortant de mon CE1 du Parc,
 j’y jetais un oeil pour voir si le djinn qui y habitait avait sorti le sien d’ oeil. 
Vite fait  avant de prendre à la boulangerie cette grosse part de pudding 
en triangle laqué d’une épaisse couche de sucre qui faisait mon quatre heures le vendredi.
Avec les années c’est devenu un rituel. Un clin d’oeil en allant chercher mon pain. 
En plein été au frais ,sous l’épaisse chevelure de son hôte le tilleul. je vérifiais qu’elle était encore la.
j’en ai déjà causé ici, non ? 
peu importe.
je pense même y avoir planqué un ou deux roldats lorsque l’on jouaient  en CM2 aux paquets dans la cour. 
Je me souviens lui avoir raconté mes mauvaises notes et mes rapines de roudoudou chez la mère Lanne. 
Normal on est pays.
Cette semaine passant chercher ma baguette, je suis resté coi.
Scotché est plus le mot.
il était midi, un ou deux vieux de mon âge propageaient leur tristesse devant ce triste spectacle.
Qu’est ce que c’est sentimental les vioques !
Je ne pouvais quitter la fougère des yeux. 
Elle trônait en haut du tilleul démembré. ça se dit démembrer pour un centenaire sans branches ?
Plutôt débranché non ?
Bref, c’est comme si elle avait, avec tous ces pouvoirs accumulés sur cent ans stoppé le bûcheron jusqu’à mon arrivée.
Juste le temps que je lui dise au revoir.
Car, c’est bien notre lot à tous, saluer une dernière fois, puis quitter la scène avec élégance.
On a communier une dernière fois, un bon moment. 
l’humidité soudaine de cette journée de février si ensoleillée, m’a contraint à un replis dans ma dunette 
ou j’ai réchauffé mes pommes de terre frites.
Le soir , je suis repassé. elle avait disparu.
j’ai, sur twitter re posté une citation de Camus comme citation du jour.
“La bêtise insiste toujours” 
Sincèrement, je pense que c’est la nouvelle devise d’Aulnay “SOUS” bois