16 décembre, 2015

Soixante dix sept


Soixante dix sept,
C'est fou tout ce que ces gens déterrent des seventies. ils se rendent pas compte tout ces souvenirs qui remontent dès qu'on touille un peu la boue grise de l'oubli.
I am not in this world to read your notes, comme m'avait lâchée une de mes douces ex de l'époque qui n'appréciait pas mes missives répétées de prose nostalgique.
De retour dans son pays de mangeurs de knäckebröd, elle m'avait gentiment sabré la viking.
j'aimerai bien être un vilain troll du nord pour voir l'adorable grand-mère préparant noël qu'elle est devenue. tiens !
Soixante dix sept,
l'eau à coulé sous les ponts,cependant depuis j'aime pas laisser en tête de gondole les pages trop bleues.
Donc me revoilà.
En parlant de tête de blog. Ne voilà pas que Google après des années de sommeil sur blogger lance un nouveau gadget.
Incroyable. Un bidule pour mettre en avant un post particulier. Le problème après, c'est laquelle choisir de note. j'aimerai bien un truc aléatoire,dans ce machin la.
Mais si Google replonge dans blogger. C'est plutôt cool. On se demandait si cet outil était pas le dernier O de la société.
Mais revenons à soixante dix sept et aux souvenirs.
Tout ce foutoir est déclenché  par la sortie ce mercredi du nouvel opus de StarWar.
Forcément cela me replonge dans le premier épisode. Je vivais à l'époque dans un camping de fauchés totaux au coeur de la  côte basque. C'était rempli d'Australiens surfers et soiffards,
de loulous du sud Ouest ganjailleurs, voir quelques escrocs et autre marlous en déveine.
Et bien sûr, quelques traîne-lattes du temps perdu, largués de la route dans mon genre.
les pirates, professionnels de la liberté.
Plus souvent au bar d'ailleurs,que sur la plage.
L'air détaché et important, Je relisais Dune, dans sa première édition. Je m'en lassais pas. Ce péplum m'avait coûté un bras. Mais le pavé à la couverture argent était aussi la pour attirer les questions de mes voisins de terrasse, je tentais de passer pour ce que je n'étais déjà plus.
Un liseur de livres.
C'est dans cette ambiance, entre deux recherches de consignes en verre pour gratter un peu de cash, que je passais un midi devant l'affiche de ce film "La Guerre des Etoiles" au ciné de Biarritz.
Dire que j'ai été scotché est un peu exagéré.J'ai adoré ce western. Mais je me disais que le jour ou Dune sortirai en film, ce gentil space opéra serait oublié.
Je m'est gouré.
Dune est sortie, et à fait flop. j'ai jamais été doué pour flairer les galions remplis d'or. Mais ce n'est pas le but ultime du pirate.
StarWar envahi les hottes de Noël, les affiches, les vitrines,le box office et tout ce qui se vend.
Voila, je crois que je vais relire Dune, pour voir si ce livre est toujours magique.

Tiens puisqu'on cause 1977





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..