09 décembre, 2019

Essorage du Lundi


Bon.
C'était pas franchement le meilleur jour pour sortir le spad.
Suis arrivé à tordre.
Mes chaussettes ont mis la journée à sécher.
Mon score a baissé aussi. Il y a longtemps que j'avais pas repris la ligne verte.
Avant je tapais quarante cinq minutes. La j'ai péniblement buriné un heure quinze.
Bon le vent était contre moi. - je me console -
Donc ce midi j'ai filé chez Decathlon Madeleine chercher un protège pantalon genre KWay.
C'est fou le monde qui cherchait un protège ben.
Le rayon spad était en rupture, le rayon rando aussi. Il ne restait que quelques modèles au rayon féminin. Mais en XS.
Raté.
Mais on dirait que je suis pas le seul a prendre des précautions.
Il y a donc des méfiants sur la suite de cette grève.
L'avantage en vélo, c'est que j'ai pu en plus, prendre un plat chaud en plus  pendant ma pause.
Après j'ai pas trainé au moment de partir. Le retour est toujours plus long que l'aller
Je me suis juste posé une fois pour prendre cette jolie sorcière.

Allez demain j'essaye de grappiller mon score



08 décembre, 2019

Down in....


Bon voila plus d’un mois que j’ai pas pondu une ligne ici.
la vie est devenue tellement difficile sur Aulnay sous.
Nan je déconne.
les minusculess ont téléportés un olivier plu-ri centenaires pour remplacer nos tilleuls.
j’aurai pu râler mais j’étais trop occupé de l’autre côté du web ou des businessmens ont tentés de m’interdire un truc
donc je n’avais même pas conscience.

ce qui m'a un peu VNR, j'ai du me débarrassé de ce bidule pourtant sympa mais rempli de PUB.
j'ai jamais aimé qu'on m'interdise. c'est pas des commerçants du ternet qui vont commencer.

Je me suis dit mec. va commenter chez Jegoun ou chez Falcon Hill , voir chez le très vilaine langue,
mais aussi doué Didier .
Et puis j’ai du ranger des papelards pour obtenir ma retraite.
Après un peu de rab sur les soixante deux officiel, j’ai décidé de poser mes valises. 
Avant que ça parte en couilles. les pirates ont du flair pour les entourloupes.
D'où mon bulletin d’Eugène de Soixante quinze que j’affiche  comme un drapeau en tête de gondole
à tous ces endormis qui ont des masters, voir comme moi aujourd'hui des Doctorats de la VIE.
Un petit coup de COURLU ne saurait nuire.
Avec le regret de ce prof de philosophie.
Qui a déjà eu les regrets d’un prof de Philo ?
Sans DEC
Demain pour mes deux dernières semaines , je me fait un resucée de quatre vingt dix sept.
Je vais monter en spad au taf à Paname, juste pour voir. sous la pluie.
je pourrai télé travailler. 
Mais je suis d’une autre génération que ceux qui patientent tout seuls dans leurs woitures.
Ceux la sont déjà morts.Croyez moi, dans le genre accro, j'en ai vu d'autres avant.
Franchement je me croyais déjà grillé à ressasser mes souvenirs en serrant les paluches des notables qui
vous offrent un repas annuel chers ‘petit vioques’
En espérant qu’ils mettent le bon bulletin dans l’urne .
Quand j’ai écouté ça.




Et hop c’est reparti comme en quatorze

30 octobre, 2019

L'Olive sur le gâchis


La première fois que je l'ai aperçu, j'ai eu de la peine.
Immédiatement.
En rentrant du taf , je passe toujours par la pour prendre mon pain. Il était presque 19:30 mais la nuit n'était pas complètement tombée.
Je le vois posé la, j'allais dire en vrac la, avec son sac de terre.
Un peu comme ces mafieux qui étaient jetés dans l'East side avec un bloc de béton au pieds.
D'où vient se plu-ri-centenaire ?
Comment était SON pays ensoleillé ?
Tu veux savoir ? Il suffit d'écouter.
Une terre ocre rouge à perte de vue, remplie de ces pierres jaunâtres de calcaire dont les bergers font les murs de leurs cahutes.
Et puis au loin des collines jaunes et leurs tâches impressionnistes vertes olives.
Et ce silence, le silence de tout les bruits de la campagne.
La musaraigne qui farfouille à son pied dans les feuilles, peut être même quelques trilles de cigales. Le chant des migrateurs à l'automne et l'omerta du cagna d'Aout.
Et le vent, ce vent chaud.
Oh la la tout ça est si loin…
Quelle est cette dalle lisse et triste ou on m'a déposé ?
Voilà pas besoin d'avoir un doctorat de shaman pour écouter le désespoir de cette arbre.
Voilà que l'on migre les arbres.
Rien ne va plus.
Combien d'étés a-t-il affronté avec brio pour qu'on lui impose de finir ses jours sur ce bout de béton, ce cimetière à woitures ?
Cette dernière pirouette est l'olive sur le gâchis de cette affaire.
Comme une cerise sur le gâteau de cette scandaleuse et imposée défiguration de la place des écoles.
Avec l'arrivée de ce style si commun néo haussmannien qui donne partout où il passe un air de parc d'attraction aux constructions.
Un monde de kaymi.
Maintenant je passe plus devant.
Je fais le détour par République. Cet arbre me colle le bourdon.
Voilà c'est ma dernière note sur Camélinat, enfin je veux dire la place Abrioux.
On a lutté pour la sauver.
On a pas réussi, mais ça nous a entraîné pour sauver momentanément le parc Ballanger.
Si le pain était pas si bon je n'y passerai plus dans ce coin.
Cet endroit n'est plus d'Aulnay sous.
Et cet arbre dégage un truc, je serai vous je me méfierai de son courroux, à l'Oléa. Je lui trouve quelque chose d'extra-terrestre, pas vous ?
Je me demande si il est pas assez vieux pour avoir croisé les templiers et vous coller une de leurs redoutables malédictions.
vous verrez...

22 septembre, 2019

j'avais oublié le vent.


Mon seul lecteur, m'a dit l'aut'jour que je devrais écrire un livre .
J'ai pas encore le temps.
La j'ai filé dans mon repère, qui fit celui d'autres pirates avant moi.
Un endroit hier sauvage.
Mais aujourd'hui encore balayé par les vents.
J'avais oublié le vent.
A vivre a deux cent mètres de la A3 on oublie qu'il existe encore des endroits perdus, limite sauvage.
Il y'a peu il y avait encore des lucioles.
Elles dansaient comme des fées à la tombée de la nuit l'été. Elles me captivait.
C'était magique.
Elles ont, elles aussi, disparues ...
Comme les tritons de la mare d'O'Parinor.
Mais je suis trop nostalgique. Il ne reste que le vent. Toujours plus fort.
J'avais oublié le vent.
Comme votre serviteur c'est le messager du mal. Il annonce la tempête, la pluie.
Le froid.
La nuit.
La porte fenêtre est grand ouverte , TF1 pleure sur des pêcheurs Africains qui n'ont plus de carpes dans leur lac grand comme la Belgique.
Las,je n'ai d'oreilles que pour le chant du vent dehors.
Comme si je tentais d'anticiper ce qu'il me chuchote. Mais je suis trop vieux ou trop sourd pour capter la toquata de ces bourrasques.
Ou je ne veux pas l'entendre, car je la capte trop bien.
Tout ces enfants qui se bougent pour LEUR planète. Le quartier maître voulais monter à Paname pour la manifestation sur le climat.
Mais le ghetto du quatre vingt treize etait bouclé ce week end. Pas de RERB. Des travaux pour un inutile train de riches.
Il n'y avait que les nantis et leurs voitures de collection d'un monde qui n'existe plus.
Les seuls qui avaient le droit de sortir ce vikende.
Je ne regrette pas d'être athée. Je serai croyant je serai désespéré par ce monde.
Le vent augmente.
J'avais oublié le vent.
Je vais me faire une soupe, une bière et allez voir le coucher du jour face à l'océan.
En vélo. Of course
Je devrais pas écrire le dimanche soir et son fameux Blues.
Avant deux jours de télétravail, forcément intenses.
Cela me rend négatif
@pluche



19 septembre, 2019

Découverte de la circulation douce à ASB


Bon je peux pas toujours causer de mon nombril, comme dirait mon Aulnaysien préféré, l'homme qui change de veste plus vite que de vélo.
Tiens c'est cela, causons petite reine.
Donc sur Aulnay sous après quatre ans d'oubli total, ne voilà pas qu'une concertation est prévue sur la circulation douce.
Damned ! les vieux largués d'élus qui prônent le mélange des cyclistes avec les zotos comme au vingtième siècle prendraient ils conscience que le monde bouge sans eux ?
Il paraît que ces réunions découlent du nouveau plan de circulation.
Plan de sens interdits devrait on plutôt dire.
Et sans zone trente supplémentaires, ce qui augmente beaucoup la vitesse des tires et impose l'avènement des ralentisseurs.
Regarder avenue de la division Leclerc, pensez vous que l'on aurait eu un contresens sécurisé au sens unique avec feu cycliste ? comme il serait nécessaire aussi avenue Dumont.
My ass.

'ON' a posé un ralentisseur.
Il y avait une chanson dont le titre était 'tout pour la musique' ben ici l'hymne c'est 'tout pour les autos'.
Regardez la supression des aménagements boulevard de Strasbourg, cela évitera il la sempiternelle seconde file ?
Wesh. reprenons.
C'est une belle initiative, qui n'a rien d'électorale cette arrivée d'une concertation circulation douce.
Comme des quidams se sont déjà un peu organisés pour favoriser le vélo sur Aulnay, j'espère que cela va déboucher sur de vraies améliorations, genre le défunt Chaussidou, mais en dur.
Ou une vrai sécurité sur le pont de la croix blanche ou de quoi franchir en trottinette le carrefour de la négresse, heu des droits de l'homme.
faudrait que je fasse mes mises à jour.
M'enfin !

Pour celui de l'Europe c'est déjà prévu, mais juste le rond point , hein :0
En attendant les 'bandes' cyclable qui existent sont effacées comme sur le pont AGRANDIT ou dans le virage de Balagny ou rien n'empêche une vraie piste sécurisée, comment se rendre au nouveau complexe du quartier en construction ?
En woiture ?
Non je reste confiant.
Le vélo est dans les cartons.
Mais si je prend mon nombril, encore, comme exemple, j'ai fait ma demande pour le parking Véligo en septembre 2018.
Dossier complet et déposé.
Pour le mousse aussi qui garait sont joli deux roues à la gare.
Septembre 2019 aucune réponse.
Il est pourtant noté que le traitement se fait en soixante douze heures.
Résultats Le mousse a rangé son vélo. Pour retrouver un Kéké tous les soirs dessus, c'est un peu chiant.
Mais avec ce subit engouement pour le bike les suivants auront plus de chances.
Quoique vous me permettrez de rester un rien dubitatif.

Mais assez causé faut que je sorte du RER et que je récupère le mien de spad.
si vous voulez donner votre avis sur le vélo sur Aulnay c'est par ici jusqu’à Novembre. les  Apparatchik cachés vont pouvoir se déchainer ;.)

Quand a mon cycliste préféré pistard d'un autre siècle, qui veut interdire les contresens en zone trente dans les sens unique pour les vrais cyclistes. Qu'il aille se faire cuire la selle, comme aurait dit ma grand mère, qui elle fût une grande cycliste.
@+

08 septembre, 2019

trois mariages et un ...


Septembre.
Les jours ont fraîchis, ai je pensé zis m'orning en sortant nourrir mes poules.
Le jour n'est plus debout et le quartier est encore silencieux. On entend juste le bruit de la A3. On l'entendais pas tant avant. Comme le vent n'a pas changé de sens, je pense que c'est plutôt dû au peupliers rati boisé devant le central téléphonique.
Ou les gens décoincent pour le taf de plus en plus tôt.
Cet été qui s'achève restera étrange pour bibi. Plus d'équipage pour les KanssVa, trois mariages, deux chez les Basques un chez les normand.
Que dl'a descendance de potos d'Aulnay sous. Du flux de la rose de vents.
Les petits enfants basque causent euskadi. Les petits enfants normands parleront-t-il le Viking ?
Je sais pas.
Quelle drôle de mondialisation vit on. Plus de pays lointains, mais le retour d'un régionalisme affirmé.
Bon. Je suis trop vieux pour ce monde.
La je poireaute à Roissy, on mon vol est delayed, en route pour le troisième de mariage.
Deux jeunes devant moi regarde le tableau d'affichage.
Elle tu veux toujours pas me le dire.
Lui non cherche
Barcelone 20:15 ? Ha non
peut être Prague 21:00
Oslo ?
Le manège dure un moment , toute les grandes villes d'Europe y passent.
C'est amusant.
Un groupe de garçons habillé en maillot de baskets jaunes ridicules traîne un jeune homme le visage caché par un pull.
Même les enterrements de vie de garçon se font par avion désormais.
Yep. Suis trop daté pour ce monde
Tout le monde a connecté son portable, sa tablette, son PC sur les prises USB présente partout.
Ce monde change trop vite pour ma pomme.
Ha a yé. Mon vol :
ANNULÉ
J'espère que les tourtereaux de tout a l'heure n'avaient pas la même destination que bibi.
Voiture de nuit ou OuiGo ?
Il faut absolument que je sois à la Barre à quatorze zéro zéro demain.
…..
Je reprend du TGV. J'ai un casque. Un wifi dont la connexion est toujours compliquée, mais c'est rattrapé par la qualité.
Du jus pour alimenter mon extension moto. Pourquoi je voulais prendre l'avion ?
J'ai oublié.
Le Bosco lit le dernier Nothomb et je nettoie mes mails.
La campagne file à trois cent à l'heure.
La voiture après une semaine n'aurait pas été un choix raisonnable.
Je l'eu fait. Jeune et chevelu, avec une sept et demie et hôtel California en boucle dans le walk man.
Et en quatre L.
Ils se sont sûrement basé sur moi pour leurs rallyes à la con.
Cette note est semble t il la plus longue jamais sorti ici.
La dernière ?
On passe la Garonne. En parlant de der.
Qui dit trois mariages, hein.
L'enterrement fut celui d'un jeune de la famille. Quand on vieillit cela arrive moins souvent de voir partir des jeunes qu'à dix huit ans ou pas un mois  ne nous séparait d'un de nos potes déglingués.
Peut être est ce pour cela que ça ne m'émeut pas plus que ça.
Ce garçon n'a pas eu de chance dans sa vie. Accident.
Puis handicap lourd  en suivant
Et en final notre lot au plus grand nombre, le 🦀.
Tout le monde gardera sa légendaire gentillesse et son sourire.
Il est parti si vite, que j'ai même pas eu le temps de passer le voir a Ballanger.
Wesh.
Je préfère les mariages.
on est une bande de vieux. C'est moi le plus âgé. Et ils sont tous retraités ces empaffés de dos argentés.
On va boire des canons .
Regarder Les jeunes danser.
Dire du mal des absents.
Et réanimer vers l'aube ceux qui sont partis et qui sont toujours aussi jeune les Enfoirés.
Mince déjà la gare.
A plus.




30 août, 2019

le retour


Bon je vous l'assure, l'année dernière ils n'étaient pas la.
Ils sont revenus. Je crois que c'est la plus belle nouvelle de cet été.
J'étais à Port Bara le nez dans ma serviette.
J'avais ramassé mon lot de plastiques journalier,

terminé mon livre et profitait du bruit des rouleaux de marée haute.
Ça comme son, ça claque sareum.
Buck attaché a mon pied avec sa laisse à tiré d'un coup sec. Un nouveau chien devait descendre les marches venant du sentier côtier. J'ai levé les yeux vers la raide succession de traverses de chemin de fer qui permet d'accéder à la crique.
Parenthèse (si ce sont des poutrelles du RERB elles ont là une bien belle retraite, tout cela pour laisser la place à ce train de cheuri, le cdg-express tant honni, qu'elle belle reconversion pour elles) mais stoppons là, la parenthèse.
Quoi ? Vous en doutez ? Ça fait trop loin ?
Nawak, vous n'y êtes pas du tout cher lecteur. La soudaine et générale prise de conscience écologique va vite remettre sur pied le fret ferroviaire, wait and see 😉
 A yé, je m'égare, je digresse et vous me laissez dériver comme ce surfeur au large, tortue blanche et bleue sans vagues.
Surfer au plus haut de la marée,rien ne va plus, même les riders on the storm tournent mabouls.
Damned ! Dans quel état j'erre comme on disait dans les années surannées.
Ah oui ! je lève le nez. Pas de barclé.
Mais mon œil est attiré par cette série de trous en haut de la falaise L'endroit est un peu inaccessible, les taupes se feraient elle des vues mer ?
Les doryphores le font bien.
#mouarf
Mon questionnement a été de courte durée. Une boule noire fondant du ciel a filée dans un trou.
Ils sont de retour ! Le DDT les avait décimés. L'arrêt des pesticides sur le périmètre a facilité leur retour.
Un jolie colonie de martinets.
Des têtes noires si j'ai bien vu. Les moustiques ont du mouron a se faire avec un tel escadrille dans le périmètre.
Une jolie note d'espoir pour cette fin d'été. Mais comme eux il va me falloir migrer.
Abandonner les



 
 ballades dans la lande et reprendre le chemin d'min coin.
Moyennement motivé, mais on est pas d'un pays , on est d'une ville comme dit le chanteur stéphanois.
Même si la mienne a été bien laminée en quelques années. Il me faut  rentrer pour tenter de sauver ce qui peut l'être encore.
Comme le chêne Camus tiens. Vu qu'il va y avoir une charte de l'arbre.
Hein  les loulous 😎



Yo l'été 2019 est donc over et le ☠️ is on the way Home ...

21 août, 2019

le bain de jouvence

C'est mon premier bain de l'année. Enfin à Port blanc.C'est une journée ensoleillée et le vent est tombé. La mer remonte doucement.
Cela m'apparaît comme un événement suffisamment important pour que je remette une cartouche dans ce blog.

07 juillet, 2019

La Fontaine Mémorielle


wesh.
samedi six sept .
seize deux points zéro zéro. 
30° Celsius.
Me voilà arrivé au Parc Ballanger.
je vous dit pas pourquoi.
ici Neuf trois six zéro zéro, tout le monde sait pourquoi je suis monté la haut.
Pour le coup et pour répondre aux interrogations d'Amy ,


j’ai pu remarquer que la seule piste cyclable qui tenait le pavé,
c’est le cas de le dire, est celle qui fait le tour du rond point de l’Europe.
Certainement un aménagement pour la future gare de la ligne de métro.
On anticipe.
Mais le spad, depuis Nonneville, même si il te permet de gagner trente minutes sur tous ces avachis
dans leurs daubes diesels,(je dis ça mais j’ai un putain de SUV)  te fait arriver la, la gorge un peu sèche.
Je me vois mal réclamer auprès des gens d’ABC si présent dans ce parc depuis quelques semaines
un Daïquiri frappé pour me remettre de mes efforts.
Bien que redoutable pirate, j’ai gardé un côté un peu timide dès qu’il s’agit de quemandé au lieu
de braquer.
Bon bref j’ai soif. je leur demande un verre d’eau.

  • no souci , il y a des verres là et puis la fontaine est la , me disent-ils en m’indiquant
    un peu à gauche la fameuse fontaine.

Hop je m'enfile deux verres de suite.
Mince, elle est dans le périmètre sauvegardé par leurs actions.
je l’avais jamais VUE !
certes à l'époque j’avais moins soif. 
Mais à dix sept piges, soit il y en a presque cinquante, je suis venu ici avec Marie-Annick, cannelle,
patchouli et une coupe Afro à faire frémir les Jackson five.
On a traînés vers les sapins juste avant la butte vers Parinor.
On disait pas encore O’Parinord.
Mince... j’avais presque zappé cet épisode merveilleux des seventies.
Cette fontaine du parc aurait elle des effets sur la tête de linottes des vioques ?
En tous cas un chose est sûre, je suis heureux de cet embryon de victoire sur la  sauvegarde du parc.
On la doit, incredible, à ces inertes de Capade.
Grands biens leur fasse. je suis si content pour tout ces gens que j’ai vu samedi à l’ombre
des arbres cinquantenaire. 
Dans leur bonheurs du vikende. 


Avec tout ces pitchouns qui criaient partout.
Tellement Tan-Kon que ce matin au Ché-Mar j’ai failli tapé la bise à notre premier édile
quand il m’a salué fort courtoisement.
Mais j’ai renoncé. 
les baisers de pirates sont souvent mal interprétés.
bonne semaine et  profitez de cet été au parc d’Aulnay sous

 #Baurdayl




30 juin, 2019

Mionkas suite...


Impossible de remettre la main sur mon hamac.
Vu comment je ronfle, je vous explique pas le bordel que ça fout a bord. Déjà j'ai dû réquisitionner
une carré, Et me pécho un sac pour dormir.
Pis je dois attendre que l'équipage soit plumé avant de monter dans ma dunette.
Le problème, voyez vous, c'est que les djeuns se couchent à point d'heures.
Alors que les rabougris comme bibi, à peine jean pierre Pernaut passé, il piquent du nez.
Ventre gris !
Ce hamac devient un vrai toc. Impossible de savoir où je l'ai rembarré à l'automne.
Je m'assieds donc dehors sous la vigne pour profiter de la fraîcheur du soir.
C'est étonnant comme un tonnelle de vigne protège de la chaleur.
Il y a là quelque chose de surnaturel.
Ayé je vais encore me mettre les croyants et les adorateurs de l'homéopathie, sur le dos.
Mais je m'en BLC j'habite dans le triangle d'or, pont hyblon, Aulnay sous ,Tremblay les gonzesses,
tsss personne ne s'y risquera.
Quoique.
Les croyants, ces adorateurs de la République Laïque, s'y installent.
Samedi soir.
les voisins de derrière se prennent la tête plus gentiment que d’habitude.
je repense à ma photo d’hier, avec les MionKa
tout le monde rigole ici quand on voit dans quelle gadoue ils pataugent en pleine canicule.
il y a même chez les vieux des rumeurs de bassin de rétention. 
les rumeurs ça se diffuse plus vite que l’oxygène, non ? personne n'appelle ? y a un numéro.
#baurdayl
Décidément les ragots en ce moment y en a que pour les bassins. 
Avec celle nauséabonde sur les plages horaires de la piscine.
une qui pue le facho de base. c'est leur fond de commerce a ces tarba, la rumeur.
Mais y a aussi ces tracts photocopies, comme les ronéos de l'UDR dans les sixteen.
Deux balles sur les soupçons de fraude à l’OPHLM dans les immeubles surement ceux
des célibataires jeunes et vieux qui ont la chance d'obtenir une place à la résidence croix blanche ?
Mais c’est samedi soir.
brake.
on va rester la à respirer l’été. l'air est lourd il est pourtant bientôt une heure.
mais on entend l'autoroute, le temps va tourner, vous verrez
la canicule va s'estomper dès demain
allez zik
et forcément avec ce summer flamboyant


29 juin, 2019

Canicule


le bateau est au calme.
Un silence assourdissant.
le mousse est barrée au Sausset profiter de la fraîcheur du soir et montrer à son riché les bernaches
si elles n’ont pas déjà migrées ou, au pire, mes potes les cormorans.
l’artiste de premier lieutenant s’est repliée dans ses appartements, pour une douche après le RERB.
Pis soigner son doudou qu’a pécho un tonbou sur le front à lanterner sur Heavy fire red.
le bosco est barrée avec sa sœur, à un riajma de gamins de collègues.
boter en touche ? yep. j’ai passé ce level.
Avec cette canicule je me tiens à carreaux.
je m’hydrate gentiment avec l’Asahi que j’ai touché pour la fête des reups.
Du coup j’ai coupé la télé. je vais demander un avoir sur ma redevance.
j’attends avec impatience le retour de la fraîcheur, pour percevoir mon torchon.
le plus vieux des kiens ronfle si fort que j’ai du mettre le casque.
Et ouvrir la fenêtre, smiley...
Du coup je trie mes photos du mois.
je vous en met une au deux.





Au loin j’entend le "place au son" de la place Edouard Sept.
Allez faut que je déhotte si je veux arquer des cinq plombes demain.
j’ai une liste de todo a faire pâlir une jeune mariée. ha ha.
bises
gardez vous des cons. Allez soyons pays 93600.

boum boum

25 juin, 2019

35 le 25


ça fait trop longtemps.
Cette semaine, je suis tombé sur ce tweet



Un blog, j'avais oublié.
A vrai dire la dernière fois que j’ai commenté sur un blog, vers les aurores, par la,
sur le bloc-note d’un collègue blogueur réactionnaire de haut vol, je me suis ramassé un

  • Mais en quelle langue parlez-vous donc ? Vous cajolez déjà ou bien ?
C’est certainement cela je cajole déjà. bon ce soir la, c’était plus sûrement le gevrey chambertin que je cageolais.
Smiley.
Mais c’est pas faux , en fait du plus loin que je me souviens j’ai cajolé.
Et que pas que des mots, croyez moi,  jusqu'à ce que la lénifiante sagesse me cloître sur ma chaise à
regarder dézinguer les arbres du périmètre , avec une certaine lassitude, je vous le concède..
Enfin tout ça ne pousse pas à laisser glisser dans les grand carreaux, le Waterman et son encre bleu pacifique.. 
Yep, j’écris toujours D’ABORD avec un stylo plume, je suis de la génération des encriers sur le pupitre et des plumes sergent-major.
Un tic de vioque.
J'écrirai bien plus, mais plus tard, quand on m’accordera une retraite, que j’aurai déjà pu prendre
depuis longtemps, si on ne me faisait pas lanterner, que ma plume est unique pour l’entreprise.
Ces boss toujours à la ramasse sauf pour les ritournelles.
Bon.
En attendant qu’est ce qui m’amène en ce soir de canicule ?
Ben les braises de la saint jean sont à peine éteintes. on rentre dans le plein été, et par la grande porte .
Donc c’est l’époque de la radio des blogueurs. le morceau qu’on glisse dans le Jukebox pour l’été.
Voila le mien.
Une musique de nuit tombée.
Par Trente cinq degré un vingt cinq Juin. 
je sais pas si lolobobo a déjà démarré,ni même si il a la pêche pour cette année.
Anyway
Hop in the box

08 mai, 2019

Huit Mai


8 mai
une éternité que j’ai pas griffonné dans ce blog. j’étais parti sur une note sur le fameux plan de circulation
du coin. j’avais tapé un commentaire pour monaulnay,
je tape toujours mes commentaires sur éditeur externe, genre turtl.
Une tortue pour un pirate, quoi de plus naturel.
Bref mon laïus sur cette REUSSITE prenant de l’ampleur, dans les milles signes, je décidais de réanimer
ce blog pour causer de ct’affaire
Je suis donc monté dans mon antre, ma dunette, me poser sur mon bureau abandonné.
(vi ! j'ai repris le RERB, adieu home office... mais je m'égare. #KomeDab)
j'ai démarré un trente trois de Manset
ET la
je suis tombé sur cette photo.

8 mai.
je l’ai récupérée dans la même rue ou j’ai pris ma tof tête de gondole pour ma note sur ce fameux plan de circulation.
le pavillon était vendu, et comme souvent dans ce cas, les gens avait tout sorti dehors pour les encombrants.
Ce jour la, j’ai récupéré, mes roldats, un moteur hors bord Mac Culloch de quatre chevaux et tout un tas de photos et de papiers.


une vie.

il y avait autour de cette photo, d’autres de la même scène , avec un cercueil et  le drapeau.
Bizarrement dans mon capharnaüm, juste celle la a surnagée? un
8 mai.

Du coup ma litote sur les woitures d’Aulnay sous est tombée à l’eau.
les loulous attendront un autre jour.
je me suis dit le FFI aux gros objets, il a bien mérité de passer sur le ternet.
peut être que quelqu’un va dérouler l’histoire en commentaire.

on sait jamais.
@+