18 mars, 2017

Courlu, Once Again ...


Les trilles d’un merle, un survivant qui a échappé aux meutes de pies, m’ont tirées du lit.
Le jour n’est pas debout, mais il s’annonce. Comme le Courlu.
Once again !
j’adorais ce ‘Once Again’ quand j’étais mino. Un peu comme ceux aujourd’hui tapent des ‘Guez’ ou ‘Grave’ à tire-larigot.
Une expression de 1248, voilà qui est bien dans le tempo. l'équinoxe de mars, le printemps, Courlu time,est presque la.L'hiver a été long ! non ?
Tiens, hier je suis allé tutoyer mon totem du CE2.
Lui et sa splendide fougère nid d’aigle n’ont pas changé depuis plus d’un demie siècle et des brouettes que l’on se cause.
Oui je sais. Mais il y a bien des Keums qui causent aux oreilles des chevaux. Pourquoi ne captez vous pas que d’autres peuvent babiller avec les arbres ?
C’est très bizarre la mémoire. je me souviens parfaitement de mes premiers sorts, placés ici dans mes cours élémentaires.Des histoires de billes, ou de quilles, déjà.
Peut être a cause de la photo de classe, les bras bien croisés,


Avec cet instit qui portait le joli nom de cette grotte dont on arrête plus de faire des copies.
La conserver pour les générations futures.
je souris.
Tiens en passant le long de la clinique j'ai vu qu'ils avaient destroy l’intérieur de mon CE2.
Mon arbre lui aussi sait que ses jours sont comptés. Qui s’en soucie ? les djinns qui le squattent vont migrer sur le forsythia en face.


ils sont la depuis les premiers mérovingiens qui dorment devant Bricoman, voir même avant. Que la place Camélinat-Jean-Claude.Abrioux soit dévorée par le Lego uniformisateur du profit ne les touchent guère.
Perso j’ai un peu de peine pour les tilleuls centenaires, mais eux, en ont plus pour les humains privés de leur ombrage et de leur chant dans le vent.
Cette note est trop longue. Allez encore une photo. in memoriam.


je file il faut absolument que je retrouve ces tins de clefs, baurdayl...