15 novembre, 2016

Déjà

Vous savez désormais comment une note sur deux se déclenchent chez bibi. Je suis dans la rue ou mon RER, je croise un truc ou une image. Yep, souvent une photo, avec un fond sonore qui colle farpaitement au fond de mon casque.
Reprenons, je sort du turbin hier et tout de suite je lève le nez. Tout les apprentis shamans sont réceptifs à la lune. Alors la pensez donc, une super lune. 
Je vous dit pas l'état de mes ondes.
Mais le ciel est gris plombé, limite reflets cuivrés. Pas l'ombre d'un reflet lunaire. Une nuit totale. Pourtant je la sent la. Juste derrière l'écran des nuages. Elle qui enflamme les jobars et bouscule les services d'accouchement.
Déçu je baisse les yeux, et la devant mes mirettes, à deux brasses, je revois mon enfance. Le cartable à deux poches des deux loustics qui descendent le trottoir en shootant les canettes que des gros sales cradingues ont abandonnés.
Mikko & votre serviteur sortant du dernier cours du lundi. le plus terrible jour de la semaine.
Pareil, ils papotent et scrutent le ciel.
Ce signe évident, le jour où je casse une dizaine (wouai je dit encore 'Prisunic') pile dans l'axe du soleil et de ma confidente favorite, est on ne peut plus clair.
Le temps est venu.
J'abandonne mes loulous devant le feu, eux qui attendent patiemment le bonhomme vert.
Les veinards, ils ont tout le boulevard devant eux qui, la bas, est flamboyant avec les étincelles des décorations de Noël.
Déjà.
Je me rabat contre l'ombre des arbres du parc, pose ma besace sur le muret et glisse le foxtel de ma poche pour me remettre le morceau.
Et noter ça.
La dans l'ombre, je vibre comme une chrysalide.
Le morceau redémarre, je vais rentrer clopin-clopant, il ne fait pas chaud d'un coup.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..