07 juillet, 2019

La Fontaine Mémorielle


wesh.
samedi six sept .
seize deux points zéro zéro. 
30° Celsius.
Me voilà arrivé au Parc Ballanger.
je vous dit pas pourquoi.
ici Neuf trois six zéro zéro, tout le monde sait pourquoi je suis monté la haut.
Pour le coup et pour répondre aux interrogations d'Amy ,


j’ai pu remarquer que la seule piste cyclable qui tenait le pavé,
c’est le cas de le dire, est celle qui fait le tour du rond point de l’Europe.
Certainement un aménagement pour la future gare de la ligne de métro.
On anticipe.
Mais le spad, depuis Nonneville, même si il te permet de gagner trente minutes sur tous ces avachis
dans leurs daubes diesels,(je dis ça mais j’ai un putain de SUV)  te fait arriver la, la gorge un peu sèche.
Je me vois mal réclamer auprès des gens d’ABC si présent dans ce parc depuis quelques semaines
un Daïquiri frappé pour me remettre de mes efforts.
Bien que redoutable pirate, j’ai gardé un côté un peu timide dès qu’il s’agit de quemandé au lieu
de braquer.
Bon bref j’ai soif. je leur demande un verre d’eau.

  • no souci , il y a des verres là et puis la fontaine est la , me disent-ils en m’indiquant
    un peu à gauche la fameuse fontaine.

Hop je m'enfile deux verres de suite.
Mince, elle est dans le périmètre sauvegardé par leurs actions.
je l’avais jamais VUE !
certes à l'époque j’avais moins soif. 
Mais à dix sept piges, soit il y en a presque cinquante, je suis venu ici avec Marie-Annick, cannelle,
patchouli et une coupe Afro à faire frémir les Jackson five.
On a traînés vers les sapins juste avant la butte vers Parinor.
On disait pas encore O’Parinord.
Mince... j’avais presque zappé cet épisode merveilleux des seventies.
Cette fontaine du parc aurait elle des effets sur la tête de linottes des vioques ?
En tous cas un chose est sûre, je suis heureux de cet embryon de victoire sur la  sauvegarde du parc.
On la doit, incredible, à ces inertes de Capade.
Grands biens leur fasse. je suis si content pour tout ces gens que j’ai vu samedi à l’ombre
des arbres cinquantenaire. 
Dans leur bonheurs du vikende. 


Avec tout ces pitchouns qui criaient partout.
Tellement Tan-Kon que ce matin au Ché-Mar j’ai failli tapé la bise à notre premier édile
quand il m’a salué fort courtoisement.
Mais j’ai renoncé. 
les baisers de pirates sont souvent mal interprétés.
bonne semaine et  profitez de cet été au parc d’Aulnay sous

 #Baurdayl




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..