30 août, 2019

le retour


Bon je vous l'assure, l'année dernière ils n'étaient pas la.
Ils sont revenus. Je crois que c'est la plus belle nouvelle de cet été.
J'étais à Port Bara le nez dans ma serviette.
J'avais ramassé mon lot de plastiques journalier,

terminé mon livre et profitait du bruit des rouleaux de marée haute.
Ça comme son, ça claque sareum.
Buck attaché a mon pied avec sa laisse à tiré d'un coup sec. Un nouveau chien devait descendre les marches venant du sentier côtier. J'ai levé les yeux vers la raide succession de traverses de chemin de fer qui permet d'accéder à la crique.
Parenthèse (si ce sont des poutrelles du RERB elles ont là une bien belle retraite, tout cela pour laisser la place à ce train de cheuri, le cdg-express tant honni, qu'elle belle reconversion pour elles) mais stoppons là, la parenthèse.
Quoi ? Vous en doutez ? Ça fait trop loin ?
Nawak, vous n'y êtes pas du tout cher lecteur. La soudaine et générale prise de conscience écologique va vite remettre sur pied le fret ferroviaire, wait and see 😉
 A yé, je m'égare, je digresse et vous me laissez dériver comme ce surfeur au large, tortue blanche et bleue sans vagues.
Surfer au plus haut de la marée,rien ne va plus, même les riders on the storm tournent mabouls.
Damned ! Dans quel état j'erre comme on disait dans les années surannées.
Ah oui ! je lève le nez. Pas de barclé.
Mais mon œil est attiré par cette série de trous en haut de la falaise L'endroit est un peu inaccessible, les taupes se feraient elle des vues mer ?
Les doryphores le font bien.
#mouarf
Mon questionnement a été de courte durée. Une boule noire fondant du ciel a filée dans un trou.
Ils sont de retour ! Le DDT les avait décimés. L'arrêt des pesticides sur le périmètre a facilité leur retour.
Un jolie colonie de martinets.
Des têtes noires si j'ai bien vu. Les moustiques ont du mouron a se faire avec un tel escadrille dans le périmètre.
Une jolie note d'espoir pour cette fin d'été. Mais comme eux il va me falloir migrer.
Abandonner les



 
 ballades dans la lande et reprendre le chemin d'min coin.
Moyennement motivé, mais on est pas d'un pays , on est d'une ville comme dit le chanteur stéphanois.
Même si la mienne a été bien laminée en quelques années. Il me faut  rentrer pour tenter de sauver ce qui peut l'être encore.
Comme le chêne Camus tiens. Vu qu'il va y avoir une charte de l'arbre.
Hein  les loulous 😎



Yo l'été 2019 est donc over et le ☠️ is on the way Home ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..