11 mars, 2018

Ulawattou


Cela fait un moment que je vous ai pas fait la promo d'un livre ici.
Il y a suffisamment  de critiques littéraires, ou d'écrivains.
Je ne suis qu'un lecteur lambda, je devrais plutôt m'occuper de sauver les derniers chênes tri-centenaires de mon coin. Les pauvres, pris dans la folie spéculative qui règne en sous bois.
Mais ce livre me correspond tellement que je le savoure comme, il fut un temps, mes tubes de lait Nestlé en colonie de vacances.
Quatre ou Huit pages par jour, que je déguste dans mon quarante trois ou sur ma ligne K, bien calé sur le soufflet entre deux wagons.
Un livre sur le Surf, me direz vous.
Oui, mais pas que. Une photographie des années soixante dix comme je les ai connues. Pensez donc, les surfeurs, ces clochards des plages, dont je fis partie.
Je suis envoûté, c'est comme si je lisais ma propre histoire, les vagues, la plage, la route, les maladies, les boulots pour survivre près de la mer.
Puis de nouveau les gens, surtout les rencontres et le retour des vagues et de la musique.
Ce livre est MA vision des seventies.
Certes je fut un surfeur très moyen, mais j'ai connu le flip des gros rouleaux ou tu ressort à quatre pattes sur la plage ,des basques dans mon cas,le leash laissant la planche loin derriere toi, taper les derniers ressacs.
En te demandant, putain, comment j'ai fait pour m'en sortir !
je me disais t'est trop léger man, t'a pas les bras. Mais c'est écrit. Tout les surfers ont eu peur. elle est partie intégrante de la vague.
Certes ma route fut moins longue, et le nombre de mes spots plus restreint.
Mais quel esprit, quel fil déroule ce livre.
Une pépite.
En bonus, je fais un tour du monde des vagues dans mon train-train quotidien. Cela me permet de briller en société, quand comme samedi, le fils d'un copain lors d'un diner me parle de la vague Ulawatu à Bali.
Je lui répond du tac au tac.
- Celle que tu atteint par la petite grotte de corail ?
je l'ai scotché et converti au livre.
Bref ce livre est une friandise surannée. Jours Barbares. rien que le titre; Tiens.


Si vous avez un peu d'heures de vol, tapé le bitume et/ou les vagues ce nouveau Kerouac est pour vous.
D'ailleurs je vous laisse. j'ai pas fini.
Faut que je traverse l'Australie par l’intérieur avec un poubelle dont le radiateur ne supporte pas la chaleur.
Bonne semaine, Tiens pour finir j'ai hésité sur une musique de surfer évoquée dans le livre. que j'ai grave kiffé aussi, en son temps . la grande Patti, ça vous aurait changer  des beach boys.
Mais voila, je sais pas le nombre de notes qui me reste en stock.
Alors je vous balance celle qui revient en ce moment. voila.

à plus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..