28 janvier, 2021

Les vigies de l'Oceane

Avec ce couvre feu, impossible de rouler la nuit. Ce n'est pas que j'ai passé l'âge de jouer aux gendarmes et au voleurs, quoi que, mais bon pour cent trente cinq talbins c'est un risque sous-évalué.  

Donc je suis rentré sur mon dimanche. Un dimanche en bagnole c'est moins con que devant la télé pour écouter les experts de LA covid.

C'est ce qui fait le succès d'Arte et de Netflix. 

Il cause pas de KK.

Sinon mangez du réglisse, portez un masque ou deux et lavez vous les mimines. 

Baurdayl

Mais je m'égare. Comme d'hab.

La première je l'ai vu au kilomètre treize. Perchée sur un piquet des grillages de l'autoroute sur la droite. 

Une buse . 

Un beau spécimen, attendant tranquillement le lapereau écrasé 

Quand je suis passé, à donf, régulateur légèrement au dessus de la vitesse zotaurizée, il m'a semblé qu'elle me regardait le fond de l'œil.

Il y avait beaucoup de monde sur ct'autoroute. 

Je ne suis donc pas le seul à éviter les remontrances des bleus.

A peine trois kilomètres plus loin de l'autre côté sur un autre piquet . Sa cousine. La,  très clairement elle tourne le cou sur mon passage.

Je joue trop avec ma respiration, regarde devant. 

La radio passe un morceau oublié.  


On annonce de la neige.

Mais voilà kilomètre 134 une autre sur une branche. 

Le même regard noir sans fond. C'est une cabale. 

Le congrès de la buse variable. Elles vont ainsi s'égrainer presque jusqu'au Mans. j’en loupe pas une. Éclair de pupille. Je t’ai vu.

Une succession de rapaces. A un moment une traverse les voies et ... 

coup de vent ? Elle se rapproche dangereusement du pare-brise. Je lève le pied.

Dommage ça monte pas mal, mince en plein élan . Mais, en haut de la côte juste après, un mur de feu rouge et de warnings. 

A perte de vue.

Accident ? Non, la neige et les saleuses.

Je n'en croiserai plus jusqu'à mon arrivée de ces rapaces variables.

N'y voyez pas un signe, j'ai toujours aimé les zozios.

Tenez rien que les perruches du pirate en tête de gondole et qui m'attendaient de pied ferme. Quatre jours sans rations. Incroyable le raffut que j'ai laissé a mes zinvois. Ces oiseaux de pirates ne respectent rien. 

Allez vite on ferme à dix huit heures


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..