16 août, 2020

le Karma de Léon

 

J’ai une petite flemme de blogueur. 
la page blanche me laisse froid. 
Mes sujets d’inspirations ont surement grillés avec mes neurones sous la canicule. 
Tournant en rond sur un thème, entre Alexandre le grand, pas le Fonb 93600 et la catastrophe du réchauffement, finalement j’ai fais un tour dans ma blogroll pour vérifier les vibes. 
Ou piquer les tendances du moment. 
Et bien le truc c’est le cochon. 
D’abord j’ai vu un truc sur france 3, sur les cochons de pays Basques , Les noirs perdus dans une vallée pas ceux la

   
Une autre vallée en ‘en ‘ 
Ensuite j’ai lu, chez le très influençeur et doué blogueurs de droite Didier un post sur les porc du lot.
Je me suis dit allons y. 
Car la liberté des cochons d'Euskadi ou même ceux du Périgord noir n’est rien à côté du karma de Léon. 
Léon le cochon. 
Je suis d’accord il est difficile d’envisager un karma pour un porc. mais bon c'est un omnivore et un mammifère comme ma pomme. 
En plus ce Léon a l’air aussi porté que bibi sur la toilette du matin.
Il n'empêche, il a du avoir des jambons antérieurs si fins pour obtenir aujourd’hui une telle vie de pacha. 
Léon le bienheureux. comme Alexandre, dans le film, avec ses sauciflars 
accrochés aux plafond.
Je l’ai découvert un jour de brume au mois de juin, dans la lande, je baladais buck. Quand je l’ai vu la allongé au milieu de son espace de vie. 
 
Pile au milieu,attendant le soleil, sur le flanc gauche rien à battre du iench, ni de moi, il a tapé la même ignore que les donzelles du collège Gérard Philippe de la Sixième 1968. 
Je suis pas un flibustier, que le moindre échec taraude. 
Je suis repassé Mi-Juillet. il n’avait pas bougé de trois centimètres. A parfaire sa noirceur sous le soleil de juillet. pas de grosses mouches vertes, il n’était donc pas mort. 
Mais toujours la flemme, comme bibi. 
Je suis repassé juste après l’assomption. il y à des fêtes religieuses dangereuses pour les créatures du bon dieu. 
Mais non, toujours couché la . En plein soleil. il y a quand même la quelque chose de surnaturel. 
Un pays ou il y a plus de Menhirs que de Uber Eats. 
Et ou certaines meufs sont plus tatouées que les sorcières de Salem. 
Et je vous parle pas des ballades ou je perd systématiquement mon réseau, pour finir par galérer en tong dans les fondrières et autres ronces à mûres, pour tenter de rejoindre une forme de civilisation et sortir des marais au pif. 
Dans les contes c’est toujours des crapauds, voir des grillons qui la ramènent. Raison de plus pour rester circonspect avec cette divinité du coin. il n’y a plus de doute. A ma troisième balade j’ai tenté une ouverture de négo avec dieu Merguez.
Un dialogue de sourd. il n’a pas lever une oreille. rien a battre de ces touristes de doryphores. 
Mais comme il dort toute la sainte Journée , nul doute qu’il se transforme la nuit et hante les bars du coin. 
Quoi ? on a vu des choses plus folles sur Netflix. 
D’ailleurs un bar qui faisait ‘dancing’ dans le périmètre à fermé, à cause d’un cluster de la covid20, cette maladie nouvelle gorgone, qui résoudra le problème des retraites. 
Avant d’éliminer une grande portion des omnivores. 
Mais revenons à Léon. je suis passé a la tombée de la nuit. 
Pour la première fois il n’était pas la. Ma théorie prend corp non ? 
Je vous tiens au courant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..