18 août, 2020

Voie d'eaux


La viellesse ne démarre pas par un naufrage, mais par une succession de voies d'eaux.

Tiens, et les pirates aiment pas l'eau.

C'est bien connu. Cette semaine je me suis même fait ramasser d'éponge à rhum sur Twitter. 


J'ai ri. Un pirate sans rhum.  Non l'eau c'est bien pire. 

Mais revenons à la voie d'eaux

J'ai toujours démonté mes spads en deux temps trois mouvements.

Les yeux bandés, idem pour ma bleu, ou mon USM2.

Mais voilà. Le frein arrière du Bosco à lâché. Ici en saison se déplacer autrement qu'en vélo est proprement impossible.

En plus une ville avec un vrai environnement cyclable pas juste une grosse flèche par terre au départ des sens interdits comme par chez moi.

Je suis parti acheter un câble.

Le marchand de vélo ouvert un dimanche, m'a reçu àpres avoir fini le spad sur lequel il travaillait.

Un cable arrière ? Mais désormais ils sont universel. Tenez. 

Le universel aurait dû m'alerter.

Début d'aprèm. Il fait beau je tombe la roue. Le câble sans problème.

Mais ensuite tout barre en sucettes.

Le câble ne passe pas les gaines, le frein ne reviens pas et après moult essais vers cinq heures le pas de vis du papillon barre en couille. 

Quatre heures. J'ai enlevé le siège bébé, la depuis vingt cinq ans, mais rien a faire le frein reste bloqué sur la roue.

Puis finalement elle ne tient plus. Le pas de vis est flingué.

Le Bosco qui sent que je vais broyer son cheval me propose de le porter chez le spécialiste le lendemain.

voilà la voie d'eaux.

Reconnaître une défaite n'est jamais facile.

Le marchand renchéri avec un sourire, et après nous avoir fait attendre quinze minutes un dernier 'look' sur une réparation.

Faut laisser ça au professionnel !

Vas y enfonce le bouchon maugreai je, Mais bon je suis pas en position de force , hein. Laissons le pavillon en berne.

Après le devis de réparation l'affaire est entendue. Je dois passer chercher le vélo le lendemain.

Dix huit heures cinquante cinq, lundi.

Le portable sonne.

Bonsoir c'est le réparateur. je voulais vous préciser que j'ai passé la journée sur votre vélo. Rien n'allait. J'ai du changer le câble et deux trois trucs.

Merci, je vous dois plus que prévu non ?

Ah non,c'est un forfait, mais quand même j'ai passé un temps fou et il m'enumere tout ce qui n'allait pas...


Comment dire, j'ai eu comme un baume au coeur.

Je me voyais perdu avec ma clef de treize et ma pince Bekro pendant cinq heures.un pro y passe la journée avec tout les outils.


La voie d'eaux est bouchée.

Et le Bosco est ravie de son 'nouveau' vélo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez y causez !
Avec le renouveau des trolls qui se la racontent, je modère systématiquement, normal ,je suis seul maitre à bord.
Donc ceux qui ne savent pas se tenir vont à la planche direct..